Séchage des mains

L'essentiel, en bref

De quoi parle-t-on ?

Réflexion sur les différents modes de séchage des mains (essuie-mains en papier, air froid, air chaud, linge en tissu en rouleau, etc.) et par extension sur les papiers d'hygiène (papiers toilette et papiers ménage).

Pourquoi en parler ?

Ces différentes solutions de séchage des mains ont des impacts environnementaux et sociaux, tout au long de leur cycle de vie (de la fabrication à l'élimination).

Par exemple, en ce qui concerne l'impact du papier d'hygiène qui est fabriqué à partir de cellulose de bois, il faut s'imaginer que tous les 6 mois, les forêts mondiales régressent d'une surface équivalente à celle de la Suisse, entre autres pour la fabrication du papier hygiénique! (source: OFEV).

Vous trouverez diverses informations utiles sur cette problématique dans le Guide des achats professionnels responsables comme :

Bonnes pratiques

Les bonnes pratiques présentées ici sont issues des discussions des participants aux groupes d'échange d'expériences sur les achats responsables proposés par Coord21.

Gestion du changement

Plusieurs éléments peuvent faciliter le changement de pratique éventuellement nécessité par l'intégration des critères de développement durable dans les achats:

  • il est important de bien expliquer les raisons ainsi que les avantages du changement pour la collectivité (par exemple: réduction des coûts, réduction de l'impact environnemental, fonctionnalités du nouveau système, etc.)Cela permet à chaque partie prenante de faire la balance entre ses propres attentes et l'intérêt général du projet et ainsi de relativiser;
  • les impacts du passage des linges en rouleau aux sèche-mains jetables sur le service de conciergerie sont à considérer : les distributeurs doivent être rechargés et la fréquence de la vidange des poubelles doit être augmentée. Si l'entretien est sous-traité à une entreprise de nettoyage, cela nécessite une adaptation de contrat (à prévoir suffisamment tôt);
  • pour les autorités politiques, le budget du projet est un point essentiel, il vaut mieux clarifier cette question des moyens financiers à disposition assez tôt et en tenir compte dans la définition du projet;
  • les préoccupations des différentes parties prenantes sont assez diverses, voire contradictoires. Il n'est donc pas optimal de voir toutes les parties prenantes en même temps, en revanche une séance individuelle en début de projet avec chacune d'entre elles peut s'avérer utile.

Besoins et systèmes existants

Pour choisir le mode de séchage des mains, déterminer en détail le besoin des utilisateurs: par exemple s'agit-il d'un lieu qui a besoin d'un haut niveau d'hygiène? le lieu est-il fortement fréquenté? qui sont les utilisateurs (des enfants, des étudiants, des malades, etc)? Le choix du moyen de séchage des mains ne va pas être identique dans un hôpital ou dans une salle de classe.

  • Les méthodes électriques (séchage à air chaud, froid ou propulsé) ne sont pas adaptées dans tous les lieux, par exemple dans les écoles (le bruit peut parfois effrayer les enfants).
  • Selon le contexte (par exemple une salle de classe, une cuisine d'étage) un simple linge suspendu peut très bien convenir à l’usage recherché.
  • Le système des distributeurs d'essuie-mains en prêt par le revendeur présente des avantages et des inconvénients. Les points positifs sont que l'entretien est laissé au revendeur. Par contre, le client doit s'engager à acheter ses essuie-mains chez le même fournisseur et il ne peut donc pas changer de fournisseur en cas de mécontentement (par exemple sur le prix ou la qualité des essuie-mains) ou s'il a trouvé des essuie-mains répondant mieux aux critères d'achat responsables chez un autre fournisseur. Il est également important de bien analyser les contrats de prêt, qui sont souvent désavantageux pour le client.
  • L'emploi d'un bac de distribution sans entraînement mécanique pour les essuie-mains en papier peut sembler plus flexible (à voir la compatibilité entre les distributeurs et les essuie-mains des différentes marques). Cependant, des tests effectués dans un hôpital ont montré une économie de 30% sur les consommables avec le système "mécanisé" électrique (en général avec piles): avec ce système, l'utilisateur doit attendre quelques secondes s'il veut un deuxième essuie-mains, ce qui est dissuasif pour certains.

Analyses des cycles de vie

  • Selon les analyses de cycle de vie, le sèche-mains jetable en papier 100% recyclé obtient le meilleur résultat (le moins d'impact sur l'environnement) mais uniquement si l'usager n'utilise qu'une feuille à la fois. Si l'usager utilise deux sèche-mains jetables, c'est le linge en tissu en rouleau qui obtient le meilleur résultat, d'autant plus si la buanderie a une bonne efficacité énergétique.

    Rappeler aux utilisateurs, si l’on choisit le papier jetable, qu’une feuille, dépliée, suffit à sécher les mains (informations à mettre dans les sanitaires, par exemple "80% des utilisateurs avant vous n'ont utilisé qu'une seule feuille de papier pour se sécher les mains, faites comme eux, aidez-nous à préserver l'environnement") a donc un effet important sur le bilan écologique !

  • Au final, si le choix se porte sur le rouleau en tissu, s'assurer que le lavage en buanderie est efficace (consommation minimale d'énergie et d'eau). Si le choix se porte sur le séchage avec du papier, privilégier du papier recyclé.
Haut de la page